AccueilMuséeLiensContacts


- Présentation
- Champions
- Roster
- Agenda


- Prochain Show
- Résultats
- Photos
- Vidéos

Entraînements -
Stages -
Historique -
Photos -

Vidéos -

Partenaires -
Musée -
Médias -
Archives -

© Copyright ABC Catch 2015 - Tous droits réservés

INTERVIEW REMY SOULIE - 22 AVRIL 2015

Vive-Président de l’Association Biterroise de Catch
Directeur du Musée du Catch



























Roger : Comment voyez-vous le bilan de l'ABC, depuis 2006 (date à laquelle vous l'avez fondée) ?

Rémy Soulié : L'Association Biterroise de Catch, c'est environ 80 galas réalisés (soit en moyenne, un peu moins de 10 galas par an), 30 stages, des milliers d’heures d’entraînements… C’est aussi les deux événements principaux : le festival international de catch dans les Arènes de Béziers (depuis 2010), et le gala international de catch féminin (depuis 2013).
Enfin, depuis février 2014, c’est aussi le musée du catch, lieu unique en Europe et même au-delà !


Roger : La création du musée du catch a été un gros morceau, avez-vous d’autres projets ?

Rémy Soulié : J’ai écrit les premiers courriers évoquant la possibilité de voir un musée du catch en 2010… « les gros projets de l’ABC » peuvent être très long à voir le jour mais sont toujours réalisés.
J’essaie de faire chaque année, un projet nouveau.
Le festival international de catch et le gala international de catch féminin sont deux événements désormais pérennisés ; le premier au mois de juillet avec une grosse programmation dans un lieu mythique, le second au mois de mai en tant qu’événement unique et inédit en France.
Nous travaillons actuellement sur un troisième événement qui pourrait devenir lui aussi « une marque de fabrique » de l’ABC et qui pourrait avoir lieu courant octobre ou novembre 2015.


Roger : Quel est l’impact que vous mesurez sur un événement comme le gala des Arènes de Béziers ?

Rémy Soulié : Chaque année, de début juin jusqu’à fin juillet, les visites du site internet officiel de l’Association Biterroise de Catch flambent et sont multipliés par 3 ou 4. Ensuite, il y a un gain d’image non négligeable, à la fois auprès du monde biterrois, comme du monde du catch. Ce gala représente une forte publicité ainsi qu’une reconnaissance certaine.
Par exemple, chaque année, plus de 90% du catch français « m’harcèlent » d’emails et d’appels pour être pris sur ce gala.
Lutter dans les Arènes de Béziers, c’est spécial et très impressionnant ; même Claude ROCA le dit, alors qu’il a catché dans des lieux tout aussi différents les uns que les autres en plusieurs décennies de carrière. Catcher dans les Arènes de Béziers, c’est une adrénaline, une osmose, une ambiance, que l’on n’oublie pas.


Roger : Quel avenir pour le musée du catch ?

Rémy Soulié : Le musée du catch est un lieu à développer. On va y présenter des petits galas à partir de la saison prochaine. Les stages ont déjà lieu au sein du musée, et des entraînements vont venir s’y ajouter, là-aussi à partir de la saison prochaine. En parallèle, il y aura toujours des entraînements au gymnase de la Devèze. On pourrait également y proposer diverses animations supplémentaires en plus des « simples visites » mais pour l’instant, je n’ai pas le temps de creuser davantage concernant le développement du musée, je ne peux pas être partout. Cependant, il est certain que le musée du catch a des atouts extraordinaires et qu’il demeure, pour l’instant, sous exploité.


Roger : Vous avez été récemment à la Gatoh Move Pro Wrestling, comptez-vous y retourner ?

Rémy Soulié : Depuis le début de la saison actuelle (septembre 2014), j’ai souhaité redévelopper les partenariats que nous avions avec les organisations d’autres pays. Cet aspect de l’ABC s’était un peu « restreint » en 2013. J’ai donc fait ce qu’il fallait pour que nous retournions à la SWA et PWE (Espagne) et à la SPW (Suisse). J’ai voulu également continuer plus loin et faire quelque chose que nous n’avions jamais fait auparavant et qui n’est pas commun. Cette « chose » a donc été d’aller à la Gatoh Move Pro Wrestling en Thaïlande. C’était juste extraordinaire. Nous y retournerons avec grand plaisir.


Roger : Quels sont vos objectifs et vos projets concernant le développement des relations avec les organisations étrangères ?

Rémy Soulié : Concernant la Gatoh Move Pro Wrestling, l’objectif est désormais de pérenniser un partenariat avec cette organisation, de retourner à Bangkok, mais aussi d’accueillir des catcheurs de la Gatoh Move en France, sur nos événements…un partenariat un peu du même type que celui que nous avons avec la Swiss Power Wrestling.
Ensuite, il est évident de continuer à développer les relations avec la SPW, la RIOT et la PWE.
Enfin, je suis actuellement en train de voir du côté du Japon, et cela devrait se concrétiser d’ici fin 2015.
De manière générale, nous sommes ouverts à toute proposition de partenariat mais c’est donnant-donnant. Ceux qui veulent juste « profiter des atouts de l’ABC » ne m’intéressent pas.


Roger : Quelle image pour l’Association Biterroise de Catch ?
Rémy Soulié :
Le rayonnement et l’image de l’ABC ne sont pas seulement son festival international de catch, son gala international de catch féminin et son musée du catch. C’est aussi cette « politique » que nous avons avec les organisations étrangères, c’est aussi son roster, c’est aussi ses piliers. Nous avons des piliers jeunes comme Tony Trivaldo, très représentatif de l’Association Biterroise de Catch. Nous avons aussi les vétérans comme Jean Corne et Claude Roca. Quand aujourd’hui on évoque leur nom, on pense forcément à leur carrière mais on pense aussi au fait qu’ils sont associés et fortement ancrés en l’ABC. A terme, je vois en l’Association Biterroise de Catch, une organisation de prestige.


Roger : Deux mots pour la fin ?
Rémy Soulié : Et OUI !